666 et demain des poussieres...

De Paul Gonze
Aller à : navigation, rechercher
666 tris p.jpg

 

On appelle hexakosioihexekontahexaphobie la peur du nombre 666, ce chiffre prétendument infernal qui permettrait de reconnaitre la bête immonde annonçant la fin du monde, comme l'explique l'apôtre Jean dans les versets 15 à 18 du chapitre 13 de son Apocalypse, (texte provenant de la traduction œcuménique de la Bible) :

« Il lui fut donné d'animer l'image de la bête, de sorte qu'elle ait même la parole et fasse mettre à mort quiconque n'adorerait pas l'image de la bête. À tous, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, elle impose une marque sur la main droite ou sur le front. Et nul ne pourra acheter ou vendre, s'il ne porte la marque, le nom de la bête ou le chiffre de son nom. C'est le moment d'avoir du discernement : celui qui a de l'intelligence, qu'il interprète le chiffre de la bête, car c'est un chiffre d'homme : et son chiffre est six cent soixante-six. »

666, par opposition au chiffre 7 qui symbolise la perfection, incarnerait donc l'imperfection, le mal suprême. Ce que les numérologues corroborent en associant le nombre 6 à Venus, déesse du manque qui, avec l'Autre, s'avère portail de l'infini.

Leur preuve: les chiffres 666 ou 616, selon que l'on passe par l'hébreu, le grec ou le latin, auraient été liés, à l'époque romaine, aux mots « César-Néron » ou « César divinisé ». Le seraient-ils plus justement, transposés en notre vingt et unième siècle avec "dollar", "eurocratie" ou "société de consommation" en attente de son effondrement?

Aurore et ses complices ne s'en soucient guère mais se plaisent à voir dans la perfection graphique du triple 6 le négatif de ce site dans lequel, en ce vendredi 2 novembre 2017, jour du poisson et de Vénus mais aussi jour consacré aux morts, un 666ème fichier a été téléversé.

 

Petite anecdote: Krépuscula, plus sorcière que magicienne, a insisté pour que la nouvelle soit propagée à 19 heures, 17 minutes et 6 secondes précises c'est-à-dire à 6 heures, 60 minutes et 666 secondes... oubliant le décalage horaire hivernal. Comment peut-elle perdre son temps à de telles fadaises?