Duo de fraises à la gelée de groseilles et queues de capucines

De Paul Gonze
Aller à : navigation, rechercher
Si avant-hier on allait aux fraises, si hier on contait fleurette,
est-on candamné aujourd'hui à round-uper les maudits gazons?
Une fraise.jpg

Ne perdez pas des heures à épépiner à l'aiguille, comme étaient condamnées à le faire les marmitonnes du roi Soleil, vos kilos de groseilles plus rouges que lumineux rubis. Contentez-vous de les presser à froid au travers d'une étamine pour en récolter le sang dans une large bassine de cuivre ; d'y ajouter une quantité un peu moins qu'équivalente de sucre extra-fin de Tirlemont avec un filet de jus de citron; d'exposer la potion obtenue aux ardents rayons du soleil d'août, entre aurore et crépuscule: sa gélification se fera simplement, naturellement, miraculeusement.

Dans l'entre-temps, partez en maraude pour cueillir, dans les jardins voisins, un plein panier de fleurs de capucines rouges, oranges et jaunes aux cornues remplies d'une voluptueuse goutte de miel. Revenu dans votre chaumière, jetez votre récolte dans une casserole où vous aurez chauffé du sucre blond de canne au petit boulé. Après trois minutes, retirez les fleurs et laissez les, une à une, se glacer sous leur croûte de sucre.

Quand la pleine lune sera au zénith, réchauffez légèrement votre potion couleur d'amour pour la liquéfier et noyez-y vos belles emmiellées. Transvasez dans de petits pots à confiture transparents que vous couvrirez d'une nappe de paraffine teintée fuchsia et rangez-les dans la cave entre vos jambons de sanglier fumés et vos bouteilles de Bourgogne millésimés.

 

Mais les fraises?

Pour cela, il vous faudra patienter jusqu'au jour où votre mie viendra se déshabiller et se coucher dans l'herbe de votre clairière pour, tandis qu’elle somnole et se pain d'épice, fermant les yeux et entrouvrant les lèvres, chapeauter la pointe de chacun de ses seins - surnommées en d'autres temps par les poètes moyenâgeux mais pas gâteux, "fraises" - d'une capucine gélifiée de plaisir et ...

 

... et le reste du pot et tous les autres petits pots ?
Conservez les soigneusement pour en tartiner vos tranches de pain gris ou y tremper vos madeleines les jours de solitude : il n'est plus merveilleux remède contre la mélancolie !

Coupes de bouton de capucine.jpg

 

mais y a pas que des confiottes !