L'immor-T-alité ?

De Paul Gonze
Aller à : navigation, rechercher

Ne pas se faire trop d'illusions! Reconnaitre que l'homme cultivé, culturé, ratissé-peigné, n'est, sur cette minuscule planète, que depuis trois ou quatre millénaires, ou siècles. Et se répéter qu'à la vitesse où cet homo sapiens sapiens fonce dans le mur, il y a quelques chances que plus grand monde ne sera là pour voir ce qui fleurira l'autre côté dans une ou deux générations. Et qu'avec ou sans Big Crunch, l'aventure de l'humanité n'aura jamais duré que quelques nano-secondes dans la journée de l'univers.

 

Ne pas se faire d'illusions! Devenir Homère à 'époque où il n'y avait en Grèce que quelques dizaines de milliers d'analphabètes n'était pas évident mais inscrire son nom en lettres de néon au panthéon de la société du spectacle est, pour les plus de 100.000 artistes plasticiens de la petite Belgique (toutes disciplines confondues : peintres à la bouche ou sur bâche, sculpteurs de pierres ou de nuages, photographes argentiques ou infographeurs, taggeurs ou body-painters, performeurs ou installationnistes...), une autre paire de manches pour manchots. 

 

Ne se faire aucune illusion! Dans la galaxie Internet où des milliers de millions d'internautes entremêlent leurs milliards de messages, dans ce brouhaha assourdissant et incessant, la parole du plus sage est aussi inaudible, imperceptible que le silence du plus serein! Et qu'à toute époque, comme l'a rappelé ingénument Marcel Marien, celui qui se tait en dit souvent plus. Ne pas s'effrayer, comme Blaise Pascal, du silence éternel des espaces infinis.

 

Renoncer donc au mythe de l'artiste maudit, au phantasme d'être demain embaumé et momifié comme œuvre d'art dans l'espoir, après-demain, d'être exhumé et canonisé au MOMA ou au MAC's ... Plus personne, s'il y a encore une chose qui répondra encore dans l'avenir au nom de personne, n'aura ni le désir, ni le temps, ni l'esprit pour relire tout ce qui a été écrit, filmé, enregistré sur les idiots de génie des XXème et XXIème siècles. Aujourd'hui déjà, combien ont lu entièrement "Le Rouge et le Noir", " La Divine Comédie" ou "L'Odyssée"? Combien rêvent du rayonnement de la statue chrystéléphantine de Zeus, de l'entrejambe de la belle aux bas blancs de Courbet ou du sourire des Bouddha de Bamiyan?

 

Ce qui ne devrait pas vous empêcher, vous, de sourire, "hic et nunc", du Rêve d'Immortalité et du fantasme de rétrospective caressés par de futurs inconnus.

 

Ni de reconnaitre qu'un de leurs sujets de prédilection était aux antipodes de l'immortalité.