Vendredi 2013-04-05

De Paul Gonze
Aller à : navigation, rechercher

Et en cette grise et froide après-midi, j'en remets, fidèle à ma promesse, une couche en préférant, plutôt qu'encore ratiociner sur la crise d'une planète et d'une société en voie d'ébullition, rêver d'un printemps qui ne s'entêterait pas à nous faire grelotter.

 

Et donc d'abord une naïveté d'un autre temps, pour un printemps d'une autre ère:

 

 

                                                                   MAGICIENNE OU SORCIÈRE

                                                                    (perlée de grains de beauté)

 

             D’un tour de poignet,

             Elle remonte le fleuve de ses cheveux

             Jusqu'à la source du temps.

 

             Sur sa peau de nuit blanche

             Des soleils noirs de première grandeur

             Zodiaque ma Licorne.

 

             D’autres tourbillons d'antimatière

             Naissent-ils aux fonds de ses pupilles

             Quand ses yeux se ferment pour cercler l'horizon?

 

             Nouvelle lune de sa bouche,

             Le néant goûte l’éther

             Pour qui sait rougir d’infini la pâleur de ses joues.

 

 

et, pour qui a encore un peu de temps (sans prétendre le posséder), les liens vers trois autres papowésies d'une eau un peu plus trouble:

           - Eblouissements

           - ou à Naples

           - En souvenir de Léontine

 

et, comme poésimage, une fleur bien évidemment que j'ai informatiquement et informellement butinée en zinnia à la Modigliani mais que d'autres pourraient papillonner en rêvant aux tournesols de Van Gogh ou à la boule d'aigrettes de pissenlit, encore appelée "dent de lion", que Mademoiselle Larousse (Julie, je présume) sème à tout vent... de printemps?

Incantaia dahllia de Modigliani 03.jpg

Et trois suggestions, sachant que le conseilleur n'est pas le payeur

- devenir, pour 20 €, coopérateur, comme moi, d'une banque qui pourrait donner un parfum de chèvre-feuille à l'argent.

- aller voir "Beasts of the southern wild" de Bent Zetlin avec Hushpuppy dont, en vieil anartiste, j'ai adoré les grimaces et les seins naissants .

- rédiger, comme devoir de week-end, une rédaction dont le sujet serait cette citation adaptée de Cocteau:

                                                             LA POESIE NE SERT Á RIEN:

                                                        c'est en cela qu'elle est indispensable.