Vendredi 2013-05-10

De Paul Gonze
Aller à : navigation, rechercher

Vendredi, nous sommes vendredi...(et c'est encore rapé)

... mais, en désaccord avec ma promesse de jeteur (ou videur) de bouteilles à la mer, le deuxième et non pas le premier vendredi du mois!

Évidemment d'aucuns trouveront que j'ai de bonnes excuses (panne de transmission de KPN Base, séjour en Bohème, impossibilité depuis Cracovie d'accéder à mon site...). Toujours est-il que le courriel ci-dessous - alors que j'avais pris la précaution de le finaliser trois jours à l'avance - n'a pu vous être expédié en temps opportun. Ce qui démontre qu'il est aussi difficile de s'assurer de la présence d'un confesseur sur son lit de mort que de prétendre naïvement gagner sa part d'immortalité artistique par le biais d'envois calendrés sur Internet. Assez sur ce sujet!

J'avais choisi, pour le sur-lendemain de la Fête du Travail, de ne pas encore une fois déblatérer sur cette crise qui s'institutionnalise et s'éternise mais d'évoquer - aussi paresseusement que gratuitement - un des mes vieux rêves préférés:


Texte papowétique rêve en mai.jpg
  

avec, pour accompagner ce papowème, une poésimage du même tonneau (donc de la même bouteille):

  

Fleurs de mai 01 p.jpg

et, pour les ceusses qui seraient ainsi incités à faire sauter la grisaille de notre cadre urbain, ce pense-bête de Confucius, à peine trafiqué:

Si tu rêves de faire quelque chose,
                                                   Sache que tu auras contre toi
          Ceux qui rêvent de faire la même chose,
          Ceux qui rêvent de faire le contraire,
          Et la foule immense de tous ceux qui ne rêvent pas.


Bonne nuit.