L'amoureux des nuages

De Paul Gonze
Aller à : navigation, rechercher

L'Étranger

                                                                         de Charles Baudelaire

Nuages à Ostende 26122020.jpg

 

- Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis? Ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.
- Tes amis?
- Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté?
- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle?
- L'or?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!

 

 entre lesquels la lune danse, pour engendrer les lunuages?

PS: Etrange que Charles ne se demande pas  - licence de la poèsie - s'il aime... une femme, La Femme. L'auteur des bijoux la confondrait-il avec la beauté? Ou l'apparente-il, par ses rondeurs voluptueuses et par les ondées qu'elles promettent, aux nuées?

 

 

D'autres combinaisons de voyelles et de consonnes appréciées par le papowète