Vanités

De Paul Gonze
Aller à : navigation, rechercher

                                                                  Vaine la pluie

                                                                                         de tes cheveux noirs dans la nuit

 

 

 

quand mon corps s’éloignera

 

                                                                Du néant l’ambassadeur chez ta voisine l'africaine

 

à la toison crépue

 

 

D'autres

men songes = mes songes